Optez pour une aide à domicile et bénéficiez d'avantages fiscaux

Faire appel à une aide à domicile vous permet de bénéficier d’une réduction ou d’un crédit d’impôts : Tous les travaux qui touchent au service à la personne à domicile (ménage, repassage, garde d’enfants, jardinage, aide aux personnes âgées, maintien à domicile…) ouvrent droit à un avantage fiscal très avantageux ! L’avantage fiscal (crédit ou réduction d’impôt) pour les dépenses de services à la personne est fixé à hauteur de 50%, dans la limite de 12 000 euros par an (+ 1 500€ par personne ou enfant à charge, dans la limite de 15 000 euros). Le plafonnement global des réductions d’impôts est de 10 000 euros. Attention certaines activités sont soumises à un plafond différent ex : jardinage (5 000 € par an et par foyer fiscal).

Quelles sont les dépenses ouvrant droit à l'avantage fiscal ?

Ouvrent droit à un avantage fiscal (réduction d’impôts ou crédit d’impôts), les sommes versées par un contribuable domicilié en France pour le recours à une aide à domicile pour les prestations suivantes : Entretien de la maison et travaux ménagers (ménage, repassage…), Petits travaux de jardinage (entretien du jardin…), Garde d’enfant à domicile, Préparation de repas à domicile, y compris le temps passé aux commissions, Assistance aux personnes âgées ou autres personnes qui ont besoin d’une aide personnelle à leur domicile (maintien à domicile…), à l’exception d’actes de soins relevant d’actes médicaux, Assistance aux personnes handicapées, Aide à la mobilité et transports de personnes ayant des difficultés de déplacement lorsque cette activité est incluse dans une offre de services d’assistance à domicile, Accompagnement des personnes âgées ou handicapées en dehors de leur domicile (promenades, transports, actes de la vie courante).

Différence entre réduction et crédit d'impôts :

Le crédit d’impôts présente l’avantage, par rapport à une simple réduction d’impôts, de bénéficier intégralement aux contribuables, même s’ils ne sont pas imposables ou si le montant de leur impôt est inférieur au crédit d’impôts auquel ils ont droit. En effet, si le crédit d’impôts excède l’impôt dû, l’excédent est restitué au contribuable. Ainsi, par exemple, si un contribuable non imposable engage des dépenses lui ouvrant droit à un crédit d’impôts de 3 000 €, le Trésor public lui restituera cette somme ; s’il est redevable d’un impôt de 1 500 €, il recevra du Trésor public un chèque de la différence, soit 1 500 €.